#FFFF00, scènes 1 et 2

« Ce que je veux démontrer passe par la mise en scène de la peinture » confie Roland Orepük. L’exposition du début de cet été, espace Vallès, fut une belle preuve de cette volonté de l’artiste minimaliste grenoblois. Enfin… minimaliste ? Non, pas exactement. Roland Orepük préfère parler de peinture « réductiviste« , une catégorie qu’il reprend de Malevitch. Et… peinture ? Oui, mais attention, il faut prendre le mot au sens premier, pas à celui de la métonymie commune. Peinture : « Matière colorante composée d’un pigment et d’un liant » [*]. Bref, « la peinture« . Mais ici encore, il faut s’en tenir à ce qui est écrit : « la » est un article défini.  Cette peinture-là, chez Orepük, c’est une matière jaune. Jaune primaire. Bref : #FFFF00, ou encore 255 255 0. La réduction est radicale. Pour résumer : une couleur, une matière et un support — canevas ou mur ; une partie du mur. Mise en scène donc…

Orepuk espace Vales juin 2015Scène 1 : au mur, un cadre en stuc doré et pour marquer la distance un câble tendu façon musée des Beaux Arts. Dans le cadre, un monochrome jaune. D’emblée une tension. Le cadre évoque une autre époque, celle des peintures narratives ou descriptives. La mise à distance suggère l’œuvre précieuse et fragile. Au lieu de cela, un carton jaune qui déçoit (ou déconcerte) par sa banalité. Carton jaune… ce tableau cache quelque chose. Voyons… pourquoi pas un portrait. Un portrait dans lequel on aurait « négligé de représenter les pieds, les jambes, les cuisses, le ventre, les hanches, la poitrine, les mains, les bras, les épaules, le cou et la tête » ainsi que le décrivit Maxime Du Camp. Tout cela écarté, que reste-t-il ? Il reste ce que la description de Du Camp outragé ne nomme pas et que peint Courbet  : « L’origine du Monde » [*]. Certains ont jeté sur l’outrage un voile vert, Orepük préfère un carton jaune. Question d’époque. Mais s’agit-il bien de cacher du regard cet abîme que l’on ne saurait (plus) voir ? Ne s’agirait-il pas d’autre chose ? « L’origine de la guerre » [*], par exemple ? Pourquoi pas… quoique… cela aurait probablement motivé un carton rouge.

Orepuk espace Vales juin 2015 dialogue with Kelly - un tryptique parmi trois

Orepük, Dialogue avec Kelly, 2015 (vue d’exposition, l’un des trois tryptiques)

Scène 2 : sur le mur, une suite de trois triptyques que ne distingue que l’ordre des peintures, ou presque ; il faut être attentif aux détails. Une seule couleur, le jaune, un seul format, le rectangle, mais deux styles : Orepük dialogue avec Kelly. Ellsworth Kelly, peintre contemporain du mouvement de l’American Hard Edge painting dans lequel la peinture s’efface au point qu’il ne reste que la couleur et la forme qu’elle dessine. Radical Kelly : « To hell with pictures – they should be the wall« . Orepük le prend au mot, s’attribue le mur et lui laisse la toile. À chaque tour de parole, Kelly avance ses arguments qui ne se distinguent que par des réserves blanches, une ou deux, qui créent le lien entre la toile et le mur. Orepük, quant à lui, maintient un argument unique. La suite prend des allures de pas de deux un peu décalé ; l’Orepük avant, après ou entre les deux Kelly.  Orepük aurait pu reprendre le propos de Kelly, le pousser plus loin comme il le fit pour les Engraved Monochromes [*]. Alors que le hard-edge de Kelly est souple, doux, peu hard finalement, celui d’Orepük peut être incisif, tirer droit, affûter les angles. Si pour Kelly, « the painting is the subject rather than the subject the painting« , pour Orepük le sujet a disparu. La peinture elle-même s’absente, comme celle du mur devient le mur. La peinture n’est une couleur que dans notre regard. Après la disparition de la peinture, celle du peintre ?

Illustrations (vues de l’exposition, courtoisie Espace Vallès) : Roland Orepük, contribution à l’exposition collective Untitled, Espace Valès, Saint-Martin d’Hères, 5 juin – 4 juillet 2015 (photographies de l’auteur).

Citations (en italique) : (1) propos de Roland Orepük à propos de Inside Wall Work (février 2010) [lire] ; (2) référence d’Orepük au réductivisme tirée de l’interview par Claude Longo (août 2008) [lire] ; (3) et (4) propos d’Ellsworth Kelly repris d’un recueil de citations (Quotes of famous artists, [lire])



Catégories :art contemporain, choses d'ici, regardeur

Tags:, , , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :