Un éclat surgi de l’ombre

Des mots délicats, mesurés, pour évoquer la mémoire d’une femme fragile, d’une artiste puissante trop vite disparue. Francesca Woodman. Ombre dans la pénombre d’une maison abandonnée, trace parmi les décombres, silhouette dans un décor funeste. Francesca Woodman est le seul objet de ses images. L’artiste poursuit implacablement la femme qui impérativement l’interroge. Les autoportraits, comme le souligne dans son article Antonio Muñoz Molina, loin de tout narcissisme sont le matériau d’une introspection exigeante. Leur profondeur traverse leur sujet pour nous atteindre et nous mouvoir vers des pensées tragiques. Le corps ou son ombre jouent sur nos émotions comme, sur les murs d’Hiroshima, les mémoires d’une fulgurance. La mort ne rode pas, elle est là manifestement présente et extraordinairement vécue comme une possibilité au cœur d’une vie, d’une histoire.

Fallait-il, au terme de cet article, revenir sur l’œuvre des parents de Francesca Woodman, deux artistes aujourd’hui octogénaires mais encore totalement engagés dans leur création, pour souligner l’immense écart entre les talents. Francesca grandie entre une mère céramiste et un père peintre, apprend à parler et à voir, à représenter et à dire. Dans un registre technique totalement différent de celui de ses parents, la photographie alliée à la performance, elle explore la capacité discursive de l’image et en découvre la puissance qu’elle pousse aux limites en même temps qu’elle la soumet à son propos. Qu’importe le succès de Betty et George, ou son absence. Rapprocher, pour les juger, la valeur des œuvres de chacun n’ajoute rien à celle hors norme de Francesca dont Antonio Muñoz Molina dit avec tant de justesse l’éclat surgi de l’ombre.

L’exposition monographique et rétrospective, Francesca Woodman, est présentée au musée Guggenheim (NY) jusqu’au 13 juin 2012

Après la lecture de : Antonio Muñoz Molina, Francesca Woodman, aparecida y desaparecida, El Pais – Babelia, samedi 31 mars 2012.
D’autres images [ici]



Catégories :photographie, regardeur

Tags:, ,

1 réponse

  1. Beaucoup d’images de Francesca Woodman et un très beau texte d’Esprit Nomade [ici].

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :