Possibilité d’une forme, sensibilité d’une pensée

L’atelier d’Etienne-Martin est un univers dans lequel tour à tour le regardeur se perd puis se retrouve pour se perdre mieux encore avec enchantement. Œuvres religieuses et païennes, passage d’un monde à l’autre, de la vierge au dragon, d’un abécédaire à un bestiaire. Pourtant, aucune contradiction, toutes ces œuvres ne servent pas d’autre dessein que celui que fait naitre la grâce de rencontres fortuites entre la possibilité d’une forme et la sensibilité d’une pensée. Le sculpteur sort la matière de son mutisme, transcrit ses silences. Ses mains donnent naissance à des objets religieux ou profanes, des représentations de demeures enveloppées d’un parfum de chamanisme que son apparition dans un manteau munificent ne dissipera sûrement pas.

Au commencement est l’œuvre parfaite de la nature que le sculpteur d’abord contemple. Il attend, retient sa main, puis la libère pour qu’elle explicite ses visions, leur donne consistance et matérialité, transcrive les « formes de véhémence » des troncs, billots et racines avec lesquels il engage un dialogue hermétique. Le rêve relie la nature et la sculpture, Etienne-Martin le saisit de l’intérieur pour en extraire une vérité dont il nous dit qu’elle s’impose d’évidence au-delà de la logique. La sculpture, c’est-à-dire cet objet dont l’aura particulière emplit l’espace, « [le] remplit de sa vie et efface tout le reste ».

Ce jeu avec la nature ne s’apparente pas à cette sorte de transformation (certains y voient un art brut) de l’objet en représentation, de la contingence en nécessité, du prosaïque en esthétique par effet d’homomorphie. Ainsi, l’objet trapu que le regardeur découvre au terme de la visite de l’atelier d’Etienne-Martin, saisi dans sa progression puissante par la volonté du sculpteur, est à proprement parler une sculpture ; création collective, produit de la volonté de l’homme et des hasards de la nature. Etienne-Martin reconnait là d’abord une réalité matérielle, physique, inscrite dans l’espace à trois dimensions. La sculpture est d’abord « objet » rappelle-t-il volontiers. Mais il lui donne, par le travail, une autre dimension, celle de l’esprit. La sculpture est substituée à la forme de la matière. Les volumes composent les éléments d’un corps puissant. La couleur de la racine d’oranger évoque la peau. La forme suggère le muscle. L’architecture donne à l’ensemble une mobilité tranquille, l’immobilité est le rythme d’un élan. Les lourdes chaines sont là comme un commentaire placé entre les lignes majeures pour orienter le regardeur, le conforter dans un sentiment. Ecce homo. On saisit toute la vérité de l’affirmation d’Etienne-Martin : « la sculpture en lutte entre la forme matière et la forme spirituelle ». D’aucun penserait l’inverse, forme de la matière, force de l’esprit. Mais non, cela ne tient pas : les mains et la volonté, la technique et l’intention, s’allient pour faire émerger cette figure… figure… écho improbable de peintures de Francis Bacon. Balancement des figures au pied de la crucifixion…

L’exposition « L’Atelier d’Etienne-Martin »
au Musée des Beaux Arts de Lyon
se pousuit jusqu’au 23 janvier 2012

Illustrations (courtoisie Musée des Beaux Arts de Lyon, 2 et 3 photographies de l’auteur) : (1) Couverture du catalogue de l’exposition ; (2) Etienne-Martin, Ecce Homo, 1993 (Racine d’oranger, chaîne d’acier — Collection du Centre Pompidou) ; (3) Etienne-Martin, Ecce Homo, 1993 (Racine d’oranger, chaîne d’acier — Collection du Centre Pompidou).

Citations tirées de : Etienne-Martin, Écrits sur l’art, 1. Sculpture, dossier établi et annoté par Sabrina Dubbeld. In: Ramond S., Wat P. (eds.) L’atelier d’Etienne-Martin, Catalogue de l’exposition (pp.213-216). Paris : Edition Hazan.



Catégories :art moderne, regardeur

Tags:, , , , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :