Résonance, oscillation, énergie musicale d’une rencontre

rozand-hebert.1290286522.jpg

Le philosophe m’en a convaincu, la nature n’a pas de raison. Elle est ce qu’elle est. La projection de nos imaginations réglées ou débridées n’y changera rien. Il en va de même de sa beauté qui échappe aux définitions ou les satisfait toutes. Miroir ou écho, elle est le reflet de nos émotions qu’elle accueille sans rien exiger, ni rien imposer. L’esthétique des sculptures de Jean-Pierre Rozand est de cette nature là. Les formes s’inscrivent dans l’espace qu’elles animent et cet espace, en retour, révèle leur énergie vitale. Paradoxe d’un échange essentiel entre l’acier et le végétal. Tension sans cesse ravivée puis apaisée qui nous porte au ravissement. Les sculptures se fondent dans le paysage du parc de la Maison Hébert, compagnes d’emblée familières des arbres et des bosquets. rozand-olympe.1290286677.JPGLeur géométrie rigoureuse s’oublie au contact des formes contingentes des plantations du parc, alchimie singulière que catalyse la patine brune de l’acier.

Comme le bel arbre qui n’a pas de beau profil, la beauté des sculptures de Rozand nous touche quel que soit l’angle sous lequel on les approche. « Sculpture » est-il d’ailleurs le mot le plus approprié pour parler de ces constructions ? Les découpes planes aux bords rectilignes ou courbes constituent des faces articulées par des arêtes dont l’ombre crée une face duale pour une autre construction, cette fois virtuelle et éphémère. Le polyèdre d’acier et celui des ombres, selon une chorégraphie que décident le soleil ou la lune, le hasard des nuages, rozand-100615.1290286837.jpgforment une œuvre changeante qui constitue chaque rencontre en une expérience unique.

L’harmonie du paysage que dessinent les sculptures de Rozand est celle des résonances entre les contrastes qui jouent sur toutes nos sensibilités. Résonance tactile, entre le satin de l’acier patiné et la rugosité des troncs. Résonance optique, oscillation du regard entre l’austérité euclidienne des plans, des courbes, et la débauche fractales des ramures. Résonance acoustique, énergie musicale de la brise soumise tour à tour aux lois d’une géométrie métrique et à l’imprévisibilité folle des branches et des feuilles.

 

Après la découverte des sculptures de Jean-Patrice Rozand lors de l’exposition « Orées » au musée Hébert

Illustrations (courtoisie musée Hébert et l’artiste) : (1) vue du parc du musée Hébert, sur la gauche « Ebre » (photographie Dominique Evrard, source site du musée Hébert) ; (2) « Olympe », 2010, acier (photographie de l’auteur) ; (3) « Bibal », 2010, acier  (détail du carton de l’exposition, photographie Dominique Evrard).

Catalogue de l’exposition : Orées, sculptures de Jean-Patrice Rozand, éditions musée Hébert 2010 (voir aussi le très documenté dossier de presse [ici]).



Catégories :art contemporain, choses d'ici, Musée Hébert, regardeur

Tags:,

2 réponses

  1. Des sculptures de Jean-Patrice Rozand sont exposées en permanence par le Galerie Bruno Mory à Besanceuil (entre Tournus et Cluny). Cette galerie d’art contemporain expose de façon permanente ou temporaire de grandes sculptures, défendant « un ‘art public’ qui s’intègre autant à l’architecture qu’à des espaces naturels ».

    J'aime

  2. Jean-Patrice est l’invité du Chant des Sculptures, 6° symposium de sculptures de Saint Jean de Chépy du 22 juillet au 2 aout 2013 [en savoir plus]

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :