Le blog, pourquoi faire

payan-plomb-couleur.1269806546.jpg A l’aune de l’Internet, 10000 visites d’un site (visites uniques, s’entend) ce n’est pas grand-chose. Autant dire rien. Mais si seulement 10% des visiteurs ont lu un billet et parmi eux 10% encore y ont trouvé de l’intérêt, alors cela signifie que ce blog est mieux que rien. Peut être trois fois rien, mais c’est déjà quelque chose comme disait Raymond Devos. La dix millième visite des « broutilles à l’aneth » a eu lieu il y quelques jours. J’en suis heureux. Tout simplement. C’est probablement le bon moment pour me demander si l’expérience a de l’intérêt et vaut la peine d’être poursuivie. Au fond : le blog, pourquoi faire ?

Le projet initial était très ouvert : partager des notes prises régulièrement depuis des décennies sur la vie de tous les jours, des idées qui viennent et sur lesquelles je m’arrête parfois, quelques embardées poétiques ou littéraires, pas de coté professionnels, errances philosophantes, impressions de visites, notes de lectures. Je ne savais pas en créant ce blog, à quoi je donnerais la priorité. Au fil du temps j’ai tout essayé, mais peu à peu la variété des types de billets s’est réduite. Les poésies et autres incursions dans le champ littéraire ont rejoint les bon vieux carnets papiers, elles en sortiront peut être un jour en empruntant des voies plus classiques de publication ou, plus sûrement, sédimenteront doucement dans un fond de tiroir puis se dissoudront dans le grand nettoyage qui succédera à ma fin. Leur fonction est probablement de suffisamment se frotter à l’écriture pour apprécier la lecture. Et puis, il fait froid sur Internet. La solitude guette. Ces textes se sentaient perdus dans le brouhaha des « posts ». Seules ont survécu les petites phrases en passant (PPeP). Insignifiantes, poussières de la pensée, il leur importe peu d’être aperçues, elles sont là et se satisfont de se retrouver ensembles, bavardes et curieuses de voir où l’accumulation mènera. Les notes sur le quotidien, qu’il soit celui que je vis ou celui que je contemple, ont disparu. Sur ce point, je rejoins volontiers Pierre Sansot :

« A quoi bon énoncer des lieux communs, des idées généralement imprécises sur la politique de la France, sur l’avenir de l’Humanité ! J’admettrais que nous papotions autour d’un livre, d’un film que nous avons aimé, à condition que notre parole prolonge les instants de plaisir. Quelques phrases suffisent; un discours plus soutenu dissiperait la charme ».

C’est, je crois, la meilleure description de cette expérience : prolongement des instants de plaisir d’une lecture ou d’une exposition. Beaucoup des idées partagées dans ce blog sont peu originales, tant a déjà été écrit. Alors, à quoi  bon ? dira-t-on. Gide a répondu pour moi à cette objection : « Toutes choses sont dites déjà; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » Et puis, si l’intérêt collectif est limité, la constitution au fil du temps d’une archive (ouverte) de mes réflexions de lecteur ou de regardeur sur ce support numérique a au moins pour avantage d’être plus commode à utiliser que mes carnets (e.g. la fonction de recherche). Par ailleurs, le caractère publique incite à prendre soin de l’écriture, j’observe que l’exercice est profitable à la réflexion (pour soi et sans prétendre). J’ai bien noté que Sansot recommande de se limiter à quelques phrases, d’éviter un discours « plus soutenu ». Cette limitation convient au blog, version moderne du fragment. Sur ce point je pourrais améliorer le style, viser une meilleure économie et un resserrement du propos. Enfin… peut être…

La citation de Pierre Sansot est tirée de « Il vous faudra traverser la vie », Grasset, 2009 (p.275) On trouvera [ici] un billet sur ce livre. La citation d’André Gide est tirée du « Traité du narcisse » (1892, parmi les premières phrases de ce texte).

Illustration : Charles Payan , Plomb, 1985 (installation, bandes de caoutchouc et sable). Courtoisie de l’artiste.



Catégories :idées

Tags:, ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :