Entre existence et essence, la pitance

2008-eat-first-2.1263157653.JPGPar hasard, c’est à contre-courant que j’ai engagé ma visite de l’exposition The State of Things, à Bruxelles, en décembre dernier. Ainsi, j’ai découvert la grande toile à laquelle je consacre ce billet par un coup d’œil en enfilade et non frontalement comme cela aurait été le cas 2008-eat-first-3.1263158214.jpgsi j’avais accédé à la salle par l’entrée prévue. Dans cette approche on voit une longue tablée, dans son ensemble, avec un plan de table immédiatement reconnaissable du Dernier repas. A part deux d’entre eux occupant les extrémités de la table, tous les personnages sont alignés d’un seul coté et font ainsi face à l’éventuel public. Le regard va d’emblée vers celui qui, manifestement, incarne le Sauveur. La chevelure longue, souple, légèrement bouclée, le regard porté au loin, l’attitude du Sauveur contraste avec celles de deux voisins occupés à manger avec appétit.

2008-eat-first-250x1000cm-oil-on-canvas.1263157055.jpg

Liu XiaoDong, « Eat first », 2008 (Huile sur toile, Collection privée, Copyright : Liu XiaoDong)

A vrai dire, on est loin de la Sainte Cène. Les tenues vestimentaires, les dégaines, la tablée sont d’une autre époque. La nôtre. Tablée conviviale. On mange, on boit, on discute. Parodie ou métaphore d’une scène éternellement rejouée. Peu d’éléments permettent de décoder l’intention de Liu XiaoDong qui a peint cette fresque. Une fois repéré le Sauveur, on identifie mal qui peuvent être les autres convives. Je cherche Jean ou Judas, mais je ne les vois pas. En revanche, on note deux personnages à l’évidence plus âgés que les autres. 2008-eat-first-x-copie.1263159668.jpgA droite, un homme bien mis qui parait se désintéresser de son assiette, campé solidement sur sa chaise, il attend. L’autre vieillard est au contraire concentré sur sa nourriture. Lorsque je vais vers ce personnage, faisant cette fois face à la fresque, je remarque (enfin ?) qu’il est au centre de la tablée (ce qui est une évidence pour le lecteur de ce billet). Le treizième à table c’est lui. Plus petit que les autres, graphiquement tassé et isolé, confortablement et posément installé, plus étranger à ce qui l’entoure que son voisin de droite, c’est lui le Sauveur. Il mange, répondant à une sorte d’injonction qui sert de titre à l’œuvre : « Eat First ». Mangeons d’abord et ensuite on verra ? Aucune clé particulière, le titre résonne comme un constat. Pour le regardeur intrigué, l’énigme est entière. Puzzle conceptuel, charade spirituelle, rébus ? Étrange… Voyons… je me risque à une exercice probablement un peu cuistre. Pourrait-on reconnaître un Sartre dans ce petit homme ? Assis à cette place où on en attendrait un autre, il opposerait à notre étonnement que si Jésus s’était trouvé là au lieu de lui-même cela ne changerait rien. « Il faut que l’homme se retrouve lui-même et se persuade que rien ne peut le sauver de lui-même« . So, eat first. Entre existence et essence, la pitance sans laquelle au fond rien n’est possible. Ni vivre, ni penser. Le petit personnage est attentif à l’essentiel. Peut-être… ou peut-être s’agit-il d’autre chose. Je ne sais. On peut d’ailleurs se moquer de ce que tout cela peut vouloir dire et en regardeur ignorant goûter simplement le plaisir d’un tableau monumental dont l’esthétique, la lumière, la légèreté, le naturel et la vie nous séduisent. Pourtant, en quittant la salle, je me demande… la Cène de Léonard de Vinci nous montre une communauté débattant autour de la figure du Sauveur, le tableau de Liu XiaoDong nous montre une réunion d’individus : qu’est-ce que cette œuvre nous signifie ?

Après la visite de l’exposition The State of Things au BOZAR à Bruxelles

Illustration N&B : (1) vue de l’exposition (photographie de l’auteur)
Illustrations couleurs (courtoisie BOZAR) : (3) Liu XiaoDong, « Eat first », 2008 (Huile sur toile, Collection privée, Copyright : Liu XiaoDong) ; (2) et (4) détails.

Citation tirée de « L’existentialisme est un humanisme », Jean-Paul Sartre, 1965, Nagel (page 95)

Catalogue : Luc Tuymans, AI Weiwei, Fan Di’an, Philippe Pirotte (eds), The State of Things, BOZAR EXPO & Lannoo Publishers, 2009



Catégories :art contemporain, regardeur

Tags:, , ,

1 réponse

  1. Initialement, l’oeuvre de Liu XiaoDong qui devait être accrochée aux cimaises de l’exposition « The State of Things » était « Three Gorges: Newly Displaced Populations« , un vaste tableau de 3 mètres sur 10. Finalement, cela n’a pas été possible… En remplacement, le visiteur (venu assez tôt) s’est vu offert gracieusement un poster, mais le vrai remplacement était l’accrochage de « Eat First ». Ce changement dans le programme de l’exposition explique pourquoi on ne trouve pas ce dernier mais « Three Gorges… » dans le catalogue (pp.130-131).

    « Eat First » a été créé dans le cadre d’une exposition d’art contemporain chinois au Palazzo delle Esposizioni à Rome, en février 2008 : « Prima mangia « . Le tableau est décrit comme une version moderne la « Ultima Cena » de Léonard de Vinci [*]. On pourrait le décrire comme une sorte d’aplatissement prosaïque, une peinture réalisée d’après des modèles vivants, nature morte et mise en scène d’un vrai repas qui rassemble des gens ordinaires. Les modèles sont des gens de passage, des collaborateurs ou des amis. Liu XiaoDong est un peintre réaliste, cet aplatissement qui évacue le symbolique religieux peut être dans une manière de manifeste. Une vidéo [*] montre un moment de convivialité, alors que Liu XiaoDong donne une dernière touche au tableau. On est loin des conjectures que j’évoquais dans le billet ci-dessus, idées qui m’étaient venues en regardant l’oeuvre. Bien sûr, la mise en scène et la composition du tableau sont le produit de la volonté de l’artiste mais l’intention (laquelle ?) est tout à fait étrangère au commentaire que j’ai proposé — ce qui, en soi, n’est pas un problème, le hiatus fait aussi partie du jeu du créateur et du regardeur.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :