Juste un bras de mer

alissa-petit-0308.1236544360.JPG « Un détroit les sépare. Toujours un détroit — un bras de mer — sépare l’homme et la femme. Il n’est pas infranchissable. »

Dans un petit livre où il réunit de courts récits sur les femmes qu’il a rencontrées ou rêvées, J.-B. Pontalis parle d’un détroit physique, géographique qui sépare Héro et Léandre. Mais, comme il ne s’en étonnerait pas lui-même, ces trois phrases extraites de leur contexte évoquent une fracture immatérielle. Une résonnance qu’il a sûrement perçue en écrivant.

Le drame qui s’est joué sur les rives de l’Hellespont ne nous laisse pas beaucoup d’espoir. Léandre s’est noyé, Héro n’a pu lui survivre. Plusieurs millénaires plus tard, les choses n’ont pas changé. Ce qui sépare l’homme et la femme pour ne pas être infranchissable n’en est  pas moins resté irréductible. Nous avons lutté, exigé, revendiqué. Nous avons cherché les mots, l’égalité, les instruments, la parité, pour faire tomber les obstacles qui nous séparent. Mais il faut se rendre à l’évidence, ces obstacles demeurent et la réduction de leur taille ne réduit pas leurs effets. Bref, ce bras de mer, qu’il soit large ou étroit, peut emporter tous les ponts, engloutir tous les tunnels, faire chavirer tous les bacs et noyer les passeurs. La sagesse serait peut être, enfin, d’accepter son existence et en habile navigateur apprendre à le connaître, à le maîtriser, à l’exploiter pour tenir le cap que l’on a décidé. Il faut pour cela de la vigilence et .1236548167.jpg constamment remettre en question ce que l’on croyait acquis. Agir ensemble, interroger sans cesse ce qui nous unit et nous sépare, hommes et femmes. Parler et écouter, célébrer la vie qui nait de franchissements risqués et de rencontres fragiles.

Ce billet a été suscité par la visite de l’exposition d’artiSens sur la femme dans le monde. Beaucoup de regards différents sur une même et entêtante question, un même insaisissable espoir pour cette journée de la femme. Si vous passez par là, allez voir, il y a de la lumière.

L’exposition La femme dans le monde se poursuit jusqu’au 14 mars 2009

Citation tirée de J.-B. Pontalis, Elles, Gallimard 2007 (page 155)
Illustration : (1) Alissa Petit, esquisse en argile, 2001 — photo de l’auteur ; (2) affiche de l’exposition La femme dans le monde d’artiSens.



Catégories :choses d'ici, idées, regardeur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :