A l’instant tout se brouille

10 août 2020, centenaire de sa naissance

Dernier instant. Comment ne pas le manquer ? Retenir son souffle devant cet autre qui s’éteint. Retenir… Revenir… Tout reprendre, mais mamj-051031.1210531632.jpgautrement. Cet instant et tout ce qu’il y avait avant. Rien n’avait jamais été pour toujours. La colère était bonne, on pouvait espérer. Les rires forgeaient l’oubli, annonçaient le retour. Revenir. On peut toujours revenir, mais pas de ce souffle qui s’en va. Expérience de la non expérience, puis le monde bascule de l’autre côté de la mémoire. Ce n’est pas comme l’on croyait. Ce n’est pas ce que l’on en disait. C’est fugitif et impératif. Effondrement silencieux du temps. C’était hier, ou plus loin encore. Jadis ou naguère. Les parfums sont les premiers à s’évanouir. MamJ 051031 n&bPuis les matières de la voix. Un écho léger, un timbre incertain. Le visage se brouille dans les multiples visages de moments qui se superposent, se mêlent, se confondent. Alors on vérifie, on recherche les preuves dans ces images collectionnées au fil du temps. On hésite sur ces maigres traces qui s’érodent. Traces d’instants que l’on voulait inoubliables lorsqu’ils n’étaient qu’effleurements de l’Histoire. Comment était-ce ? Que disait-elle ? Elle… quoi, on n’est déjà plus certain ? Est-ce elle ou est-ce notre souvenir ? A chaque nouvelle question MamJ 051031sla disparition s’accentue, s’affirme, s’impose, nous met au défi. Alors commence l’histoire. La vraie. L’histoire que l’on raconte à ceux qui n’étaient pas là, qui ne l’ont pas connue. Eux qui ne savent pas. L’histoire que l’on se raconte pour reconstruire le temps. L’histoire comme une arme pour conjurer un mouvement dont on sent la menace de l’achèvement. Maintenant elle peut revenir, dans la majesté de l’absence. Point de départ. Le roman familial se réécrit.

Ce billet risque l’écriture, il est aussi l’écho de lectures. Une manière de rendre hommage et de témoigner de mon émotion à la lecture de The year of magical thinking de Joan Didion (* 2006, Vintage International) et de Pas à pas jusqu’au dernier de Louis-René des Forêts (* 2001, Mercure de France) — Ce mardi 28 octobre 2008, L.S.



Catégories :lecteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :